Les conditions de la croissance

par Jean-Pierre Givry

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Libérer l’industrie - Désindustrialisation

Envoyer

Libérer l'industrie
Article paru dans Sociétal n°78 4e trimestre 2012

La désindustrialisation se mesure par la baisse de l’emploi industriel. Elle est systématique en France depuis trente cinq ans. Progressive quand tout va bien, elle se fait massive en cas de crise. L’industrie française vient de recevoir un nouveau choc qui rappelle celui des années 75-80. Il lui faut restaurer sa compétitivité et sa rentabilité. Au delà, pour que la désindustrialisation ne continue pas, il faudrait une modernisation profonde du système économico-social.  C’est un frein pour toutes les activités, mais il étouffe l’industrie dans sa compétition avec le reste du monde.

Désindustrialisation

A la fin de 2008, la production industrielle française a subi une contraction brutale de près de 20 %. Deux ans plus tard l’indice, après un sursaut, dérape à nouveau.

 

alt

 

Il y a là beaucoup plus qu’une péripétie conjoncturelle (celle de 1993 avait été gommée rapidement). Une chute de cette ampleur et de cette longueur a en effet beaucoup d’irréversible : équipements, marchés, personnels, tout est bouleversé.

 

Le décrochage actuel est à situer dans le grand phénomène de désindustrialisation que connaît la France depuis 1974. Alors que l’emploi général a augmenté de 21 %, les industries  manufacturières  Le terme est pris au sens large, l’agro-alimentaire est compris. ont réduit leurs effectifs de 46 %. Elles ont perdu 2.5 millions d’employés. Leur place dans l’ensemble est passée de 24  à 11 %. Le mouvement a profité aux services, qu’ils soient privés ou publics.

Tableau 1 - Emplois

Millions de personnes

France

Industries manufacturières

1949

19.7

4.6

1974

22.3

5.4

2012 (*)

26.9

2.9

(*) premier trimestre

 

De 1974 à 2012, la croissance de la valeur ajoutée de ces industries a été de 1.1 % / an, contre  1.9 % pour l’ensemble national. La durée du travail y a diminué de 17 %. Compte tenu de la régression des effectifs, les heures travaillées ont été réduites de 55 %. En corollaire, la productivité a progressé de 3.2 % / an.  Tel a été le prix payé, pour rester compétitives, par ces activités  exposées à la concurrence, qu’elle soit européenne ou mondiale. Le coût salarial a suivi en moyenne la productivité. L’évolution sur ces quarante années a  été loin d’être régulière; des périodes bien typées se sont succédées. Nous allons les analyser en les comparant aux années de forte croissance qui avaient précédé.

Tableau 2 - Taux de croissance – Industries manufacturières


% / an

1949 -1974

1974 - 1985

1985 - 2007

2007 - 2012

Valeur ajoutée

5.9

1.1

1.8

-1.8

Heures travaillées

0.2

-2.8

-1.7

-2.6

Productivité horaire

5.7

3.9

3.5

0.8

Coût salarial horaire

6.6

3.9

3.4

3.1



Mise à jour le Lundi, 07 Mars 2016 09:25