Les conditions de la croissance

par Jean-Pierre Givry

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Comprendre la croissance - Annexe 1 – Méthodologie

Envoyer

Annexe 1 – Méthodologie

Cette étude prend comme source les données de l'INSEE sur les branches d'activité dans le Système 2000. Les Comptes Nationaux distinguent quarante et une branches, mais cinq d'entre elles sont impropres à notre propos. Il s'agit des branches « administrées » qui n'accèdent pas au marché et sont dotées d'une définition arbitraire de la valeur ajoutée L'EBE est limité à l'amortissement.. On ne peut pas non plus utiliser la branche «  location immobilière » (logement) qui a une activité de pur capital ; elle n'a d'ailleurs que fort peu d'employés. Restent trente cinq branches qui sont représentatives de l'emploi « marchand ». L'information disponible va de 1978 à 2008. Elle n'est que partielle pour 2009. Les valeurs sont en euros aux prix de 2000. 

Le capital « productif « est identifié ici au capital fixe amortissable brut, au sens comptable, c'est à dire avant amortissement. L'hypothèse est que les investissements en service, dont  la somme constitue le capital brut, restent porteurs de valeur ajoutée et d'emplois jusqu'au déclassement final qui les voit quitter l'actif du bilan. C'est la conception classique des modèles à générations de capital.

Le rendement du capital, R, est le ratio entre la valeur ajoutée et le capital productif. Il s'exprime en % / an. R est l'inverse de l'intensité capitalistique ou coefficient de capital, K, qui lui s'exprime en années.

 

Investissements
L'investissement ou formation brute de capital fixe (fbcf) n'est disponible par branche qu'à partir de 1999. Pour suivre une série homogène, on  a utilisé les données sur l'amortissement et le capital fixe amortissable net, c'est à dire après amortissement. La relation comptable ci-dessous montre comment on a reconstitué les investissements manquants :
                                  
fbcf =  variation du capital net  + amortissement

On a vérifié que les valeurs ainsi calculées sont compatibles avec les fbcf  publiées par l'INSEE pour la période 1999 – 2009.

 

Durée de vie des investissements
Si, une année déterminée, on cumule les investissements précédents classés par âge, la durée de vie  est définie quand le cumul atteint le capital productif. C'est l'âge de l'investissement déclassé cette année-là. Compte tenu des données disponibles, ce calcul n'est faisable que de 1997 à 2008.

 

Salariés et non-salariés
Pour interpréter correctement les données, il est bon de distinguer les activités des salariés qui s'exercent dans des sociétés dont on connait l'EBE et la masse salariale et les activités des non-salariés qui ont pour cadre les entreprises individuelles, dont seul le RMB est connu. Les Comptes Nationaux ne distinguent pas dans le capital productif ce qui est utilisé par chaque type d'activité.

 

Tableau 12

2008

35 branches marchandes

Sociétés

Entreprises
individuelles

Ensemble

Valeur ajoutée

Milliards d'euros 2000

913

83

996

Impôt sur la production

         « « 

29

3

32

Revenu mixte brut

         « « 

 

80

 

Excédent brut d'exploitation

         « « 

263

 

263

Masse salariale

         « « 

621

 

621

Emplois

Milliers de personnes

16234

2261

18495

 

Salariés

Non-salariés

 

 Il y a donc une valeur ajoutée et une productivité des salariés, ainsi qu'une valeur ajoutée et une productivité des non-salariés. L'impôt est partagé au prorata des VA. On distingue deux rendements du capital, un pour les salariés et un pour les non-salariés ; ils s'additionnent.

 

Notations

Valeur ajoutée

VA

Euros / an

Capital fixe brut

C

Euros

Rendement du capital

R = VA / C

% / an

Coefficient de capital

K = 1/ R

années

Investissements

IN

Euros / an            fbcf

Déclassement

DE

Euros / an      sortie d'actif

Taux d'investissement

TI = IN / VA

%

Taux de déclassement

TD = DE / VA

%

Excédent brut d'exploitation

EBE

Euros / an

Revenu Mixte brut

RMB

Euros / an

Impôt sur la production

IM

Euros / an , impôts nets de subventions

Masse salariale

MS

Euros / an , charges comprises

Emploi total

ET

Nombre de salariés plus non-salariés

Emploi salarié

ES

Nombre de salariés

Productivité

VA / ET

Euros / an

Coût salarial

S = MS / ES

Euros / an  / salarié

Croissance variable X

dX / dt / X

% / an



Mise à jour le Lundi, 07 Mars 2016 09:26